Émotions : la révolution en marche

Émotions : la révolution en marche

Depuis un peu plus de 2 ans, les émotions et l’intelligence émotionnelle sont devenues l’un de mes chantiers favoris. Les premières pierres ont été posées avec un parcours MBSR de 8 semaines (Réduction du Stress par la Pleine Conscience), quelques retraites Zen, puis un séminaire sur l’intuition l’année dernière en compagnie de Michel Giffard. Ces fondations ont été consolidées la semaine dernière avec une formation de trois jours, « Coacher les émotions », animée par Daniel Chernet (auteur du livre du même nom, éditions Eyrolles).

Je suis désormais animé par la conviction que les émotions et leur corollaire, l’intelligence émotionnelle, vont devenir un enjeu majeur pour les coachs… et les managers. Et ce d’autant plus que la montée en puissance de l’Intelligence Artificielle va nous contraindre à nous différencier de ce que nos collègues robots, et autres androïdes, seront en capacité de produire d’ici quelques années.

Voici ma pensée résumée en trois arguments…

Un apprentissage qui passe par un travail personnel en profondeur…

emotions-corps

« Décoder » les émotions chez les autres, c’est très compliqué si… l’on ne commence pas par soi-même !!! En effet, intégrer les émotions dans sa communication c’est mettre des mots sur les « maux », sur des sensations et des ressentis. Or nous n’avons jamais été formés ou éduqués dans ce sens. On nous a même parfois expliqué que nous devions cacher nos émotions, les falsifier ou les travestir pour les rendre acceptables dans notre famille ou la société.

Si nous voulons comprendre l’autre d’un point de vue émotionnel, il faut donc se pencher sur nous-même, et peut-être même accepter de se remettre en cause. Cela va dans le sens de la formation du coach, qui doit en principe s’accompagner d’un travail personnel approfondi. Pour le manager, ce travail de fond s’impose de plus en plus face à la montée en puissance des pathologies liées au stress (« burn-out ») ou à la perte de sens (« bore-out », « brown-out »). Il doit enrichir sa boîte à outils personnel, ne plus hésiter à passer par la case « psychologie », « connaissance de l’autre » et « connaissance de soi ».

Une communication douce, écologique et durable…

Comprendre les émotions passe par une posture basée sur la présence (« ici et maintenant »), l’observation et la volonté de comprendre. Contrairement à nos modes de communication habituels, basés essentiellement sur la parole et l’écoute, les émotions se ressentent. En effet, L’émotion est une réaction du corps face à une situation.

En un mot, il faut cultiver l’empathie. Selon Daniel Chernet, « l’empathie est une manière intuitive de comprendre et de ressentir avec une juste distance, c’est-à-dire sans être envahi par l’émotion, ce que l’autre pense et ressent dans une situation donnée ».Pour « comprendre », « ressentir avec une juste distance », il faut accepter de prendre du temps. C’est certainement une des grandes difficultés de notre époque. La vitesse, le « zapping » permanent, la rapidité quotidienne, aussi bien physique qu’intellectuelle, sont une source majeure de stress et de maux variés, de la dépression à l’infarctus.

Faire preuve d’empathie, c’est donc s’accorder du temps, respecter son équilibre physique et psychique et celui des autres.

L’intelligence émotionnelle est un « méta outil » au service de tous les autres

plutchik-wheel_fr-svg

Que serait le QI sans l’intelligence émotionnelle ? Les capacités intellectuelles remarquables ne sont rien si elles ne sont pas servies par l’ouverture, l’aisance relationnelle, l’assurance, la capacité à gérer ses émotions. Pour Daniel Goleman, « ce sont les qualités émotionnelles qui nous rendent plus pleinement humains ». Depuis quelques mois le débat sur les « soft skills » donne un autre relief à ces qualités émotionnelles. Si la créativité, l’aisance relationnelle, l’esprit d’entreprise… ne sont pas des émotions, ils y prennent leur source. La « roue des émotions » de Plutchik répertorie même « l’optimisme », « l’agressivité », « l’anticipation » comme des émotions à part entière. Ces qualités humaines ne figurent pas dans les cv, mais pourtant elles comptent aujourd’hui autant, voire davantage, que les diplômes.

Si vous souhaitez échanger sur ces sujets à forts enjeux, et pourquoi pas développer votre intelligence émotionnelle, nous organisons deux évènements à Toulouse :

  • Un petit-déjeuner gratuit en collaboration avec EMI (Espace Médiation et Idées), le 30 Juin 2017 à Toulouse ;
  • Une Formation « Intégrer les émotions en entreprise », le 22 Septembre en région toulousaine.

Contactez-nous !